FLYER BDG mars2022 rectofull.jpg

Production

La Compagnie du Cri Qui Pousse

 

Texte, Distribution et Mise en scène Philippe Fertray

Collaboration artistique

à tous les niveaux

Sophy Adam

Musiques

Frantz Schubert ( carrément ! )

Audiojungle

Ce spectacle est constitué de sketches empruntés à "Pas d'souci?", "En mode projet" et " Votez Bill de la Gourette" ( le prochain spectacle)

tu peux descendre
PASDSOUCI VISUEL seul.jpg

Production

La Compagnie du Cri Qui Pousse

 

Texte, Distribution et Mise en scène Philippe Fertray

Collaboration artistique à tous les niveaux

Sophy Adam

Musiques

Audiojungle + anonymes chinois

Ce spectacle a été joué plus de 200 fois en France ainsi qu'au Festivol Off D'Avignon en 2017

VISUEL TYPE EMP 2020 titre+img.jpg

Production

La Compagnie du Cri Qui Pousse

et le Théâtre de la Contrescarpe

2019

 

Texte, Distribution et Mise en scène Philippe Fertray

Collaboration artistique

à tous les niveaux

Sophy Adam

Costumes

Chouchane Abello-Tcherpachian et Sophy Adam

Musiques

Bruno Ménager & Philippe Zerbib

Francis Barber

Audiojungle

AFFICHE ALZIMMER jeudi_20x30_150ppp.jpg

Production

Eye Eye Eye Productions

 

Texte, Distribution et Mise en scène Philippe Fertray

Collaboration artistique

Virginie Darmon

Musiques

Audiojungle

Genèse du Syndrome Bill de la Gourette

Non-essentialisé à cause d’une grippette chinoise, il se retrouve complètement Youtubé à domicile et regarde passer le monde sur les réseaux soucieux : des experts médiatiques, un vendeur de masques invisibles, une coiffeuse lanceuse d’alerte, un galeriste postmoderne, un geek transhumaniste, un psycoach, … Il prend même des cours de QiGong pour se reconnecter à son cerveau. Finalement il se retrouve entubé dans le service du professeur Xavier Ragout qui lui recommande d’arrêter les cachets d’itiotimenquiquine et de faire de la marche à pied.
Posologie : pour un lâcher-crise réussi, ce cocktail d’humour à la sauce aigre-douce, aussi déjanté qu’essentiel, est aussi un bel hommage au métier de comédien.
Spéciale dédicace à Xi Jinping…

L'histoire

La question fondamentale que pose ce spectacle est : comment faire pour « tout donner » si on ne « lâche rien » ?

Pour répondre à cette question farfelue, Philippe Fertray incarne avec une énergie haute en couleurs une série de personnages médiatiques caractérisés par leurs abus textuels ; la chronicreuse Tristine Angoisse, un journaliste sportif surexcité, Jean-Karim le footballeur à double culture, un présentateur d’infos à la chaîne, une comédienne empathique, des experts surréalistes.

Au milieu de cette galerie cosmopolite et foisonnante, on croise Trump, un individu lourdement armé, des évangélistes obèses et quelques moments désopilants comme l’imitation du Yin et du Yang ou la chanson chinoise.…

Loin des clichés  actuels du standup, « Pas d’souci » est une logorrhée  loufoque truffée des aberrations verbales de notre époque.

Une certaine idée du lâcher crise

Ce spectacle est une raillerie du monde du chômage, donc une raillerie du monde du travail ainsi que des stratégies psychologiques pour accompagner les « décrutés » vers le néant social actuel.
Paul, le manager, parle une novlangue inepte.
Jean-Karim veut organiser des trekking dans le 9-3.
Nadeja, inquiète de la montée du chauvisme, veut ouvrir un salon de cheveuthérapie complètement dégenré.
Kim-Jean-Luc veut créer des applis transhumanistes.
Kevin-Alain veut créer la danse du CopéCollé

pour faire le buzz.
Alfred Carmut veut créer le rasoir à 8 lames.


Défilé de personnages allumés pour un portrait social brûlant d’actualité.

Une certaine idée du lâcher crise avec des poils géants, des chants d’oiseaux, la chanson du CopiéCollé (création mondiale),

le Haka du chômeur, des castagnettes et des coiffures digitalo-ethniques… et tant d’autres choses.

Mon premier spectacle

 Dans ce seul en scène, je rentrais sur scène à plat ventre dans le noir avec une lampe frontale sur le front. Je traversais la scène en décrivant les traces de chaussures, j’atteignais le rideau à jardin avec lequel j’entamais un dialogue. Puis, je retraversais la scène à la nage avant d’exécuter une danse arapahos le cul en l’air sur une chaise. Ensuite je faisais l’inventaire des expressions de langage hyper agaçantes du moment et je terminais par une danse chinoise qui parle de la catastrophe écologique en cours. Ensuite je remballais mes objets dans mon cabas et je repartais avec ma chaise. C’était très rock’n roll et pas ma DadA.